Accueil > Veille > Notre blog de veille > Dagon, un nouveau media pour le Web

Dagon, un nouveau media pour le Web

Boris Schapira 1er avril 2012
0 commentaire

Nous avons vu, au cours des dernières années, le Web évoluer pour passer d’un simple répertoire documentaire au compagnon social qu’il est devenu aujourd’hui. Cette révolution n’a été possible que par le biais d’évolutions technologiques et d’un effort certain de standardisation qui ont permis d’ajouter de nombreux média (images, sons, vidéos) à ce qui était uniquement textuel. Aujourd’hui, le Web est prêt pour de nouvelles révolutions. Dagon est de celles-ci.

Dagon est un « Grand Ancien », dieu poisson, dans le mythe de Cthulhu de l’écrivain d’horreur américain H. P. Lovecraft.

Wikipedia : Dagon (Mythe de Cthulhu)

Voir aussi :

Bon 1er avril !

On connaissait déjà les enceintes olfactives Odoravision, qui permettent, moyennant d’importants moyens financiers, d’équiper une infrastructure Home Cinéma. Mais pour le Web, il n’existait pas d’équivalent.

Forte de ce constat, la société française Dagon, basée à Sopoins (34), vient de présenter un premier prototype de périphérique olfactif entièrement interfacé au Web. Le dispositif est pour l’instant assez complexe, puisqu’il impose l’installation de pilotes, d’un service local et d’un plugin disponible uniquement pour Firefox. Mais son potentiel est suffisament grand pour qu’il ait été retenu pour une présentation internationale à la MozCon de Seattle le 25-27 juillet prochain.

Son inventeur, l’ingénieur William Fries, a tout d’abord imaginé son périphérique comme un pur produit d’accessibilité destiné à des populations privées d’un ou plusieurs sens. Devant l’intérêt suscité par ce qui n’était alors qu’un concept, il a contacté le W3C en septembre 2009 pour entamer avec eux un processus de normalisation (toujours à l’ébauche).

Dagon se compose pour l’instant de cinq capsules diffusant chacune un parfum particulier sur 16 intensités :

  • parfum montant, acide, aigu
  • parfum fruité
  • parfum boisé
  • parfum animal (musqué)
  • parfum terreux

Une odeur émise peut ainsi se décliner sur cinq coordonnées, chacune définie sur un encodage hexadécimal. Fort du million de possibilités offert par son périphérique, Eric Wandaleach imagine déjà des odeurs caractéristiques permettant de déterminer avec précision la présence d’un champ de recherche ou d’un formulaire à saisir.

D’autres débouchés sont évidemment bien moins nobles. On pensera immédiatement aux Marques, qui essaieront chacune de créer chez l’internaute une marque olfactive reconnaissable et patentée, ou aux publicitaires qui useront des parfums les plus chargés pour attirer l’attention sur leurs espaces publicitaires. "Nous avons pensé immédiatement aux dérives d’un tel système, c’est pourquoi nous nous sommes rapidement rapproché du W3C pour encourager une normalisation des plus rapides. Il est inconcevable pour nous qu’une marque puisse acheter un parfum et en interdire l’utilisation à d’autres" a confié le directeur de Dagon Eric Wandaleach à Jérémie Patonnier, notre expert en normalisation.

PNG - 28.7 ko

La spécification W3C

Encore à l’état de pré-draft (et donc seulement consultable au sein du bureau de normalisation), la nouvelle propriété CSS qui fait parler d’elle est donc odor. Elle sera bientôt utilisable dans Firefox 13 (nightly-build, à compiler soit même) sous cette forme :

-moz-odor: #2FA47;

(Il s’agit de la première proposition, il est encore fort probable qu’elle évolue, d’où la présence du préfixe -moz)

Il faut bien sûr être équipé du périphérique de la société Dagon, la bonne nouvelle étant que leur technologie est sous licence MIT et que d’autres constructeurs pourront se lancer dans leur fabrication. Acer s’est déjà manifesté pour équiper ses futurs ordinateurs et tablettes de cette nouvelle interface. Pourtant, Wandaleach ne semble pas inquiet : "Nous ne voyons pas l’intérêt de verrouiller ces brevets, c’est le software permettant les mélanges les plus subtils qui emportera le marché. De ce côté-là, nous avons quelques années d’avance sur nos concurrents".

Nous sommes encore à plusieurs années de la commercialisation au grand public mais en tant que spécialistes du Web, nous ne pouvons que nous féliciter de ce pas en avant vers un nouvel inconnu...

Par Boris Schapira